• 211

    211

    Il revoyait sa mère à l'époque, lorsqu'elle n'était pas encore dépressive et entièrement dépendante aux antidépresseurs. Son regard exprimait tout l'amour qu'elle portait à ses enfants et son visage ne montrait que bienveillance, force, courage et confiance. De ses yeux d'enfant, et même encore aujourd'hui, sa mère, Maeva Scott, était la plus belle de toutes les femmes. Et cela, malgré ses rides marquées et ses cernes, causées par une immence fatigue. Elle ne travaillait pas, et consacrait tout son temps à élever ses enfants sans aucune aide extérieure, pas même celle de son mari. Elle ne se plaignait jamais, et elle ne craquait pas non plus. Elle était une mère à plein temps, couvant ses enfants de tout son amour, en particulier de son petit dernier, Gary, âgé de quatre ans à l'époque. 

     

     


  • Commentaires

    1
    Mélanie 974
    Mercredi 31 Octobre 2012 à 13:19

    Les antidépresseurs ça on connait ;) Mais ils sont mieux les notre, et c'est pas mauvais pour la santé! mdr ;)



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :