• 252

    252

    Dès ces quelques mots prononcés, Curtis posa alors ses lèvres sur celles de sa Juliet, conformément au texte de Shakespeare. La demoiselle ne savait absolument pas comment réagir, plus que perturbée par ce baiser.

    Un baiser totalement faux, sans aucune signification particulière, mais qui la chamboulait plus que de raison. Elle devait rester neutre face à ce simple échange purement joué, mais il s'avérait qu'elle en était incapable. Elle avait beau se répéter qu'il ne s'agissait que de Roméo qui embrassait Juliet, et non pas de Curtis qui l'embrassait elle, Ophélie avait, en cet instant, un mal fou à faire la différence.  

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :