• 4

    4

     

    Après avoir fini de vérifier ses e-mails, et obtenu une réponse de Bridget lui indiquant qu'elle arriverait dans l'après-midi, Lena constata que midi n'est pas pour toute suite. Dans un soupir las, elle se lève pour s'installer sur le canapé pour regarder la télé. Malheureusement, cette occupation n'est pas d'une grande aide, puisqu'elle ne diffuse pas grand chose d'intéressant. Le moment est donc idéal pour laisser son esprit vagabonder et se perdre dans ses rêveries. Enfin, elle a un peu pour s'y adonner, pour se laisser bercer, voyager dans des mondes merveilleux pour mille et une couleur.

    Mais la sonnerie de la sonnette la fait sortir de ses rêveries. Elle sursaute de surprise, avant de se lever pour ouvrir. 

     

    4

     

    En allant ouvrir, Lena pensait que c'était Bridget qui était arrivée en avance, comme souvent avec cette pile électrique impatiente. Mais non. Il s'agit de Carmen Gnébard, sa voisine.

    -Bonjour Carmen. Comment allez-vous ? La salue aussitôt, et joyeusement, Lena. 

    -Gne, bonjours Lena, gne. Oui très bien. Gne. Lui répond alors sa voisine, tout aussi chaleureusement. Une chaleur également apportée par son accent mexicain qui trahit ses origines.  

    -Alors, vous venez pour quoi cette fois-ci ? 

    -Gne. Pour savoir si vous voulez venir prendre un café chez moi. Gne. Ca vous dit ? Gne. Lui propose en réponse Carmen, désirant ainsi, passer davantage de temps avec sa jeune voisine. 

    -Oh je suis désolée, s'excuse aussitôt Lena, mais j'ai déjà quelque chose de prévu avec mon amie Bridget cet après-midi. Disons plutôt, demain ?

    -Gne. Parfait. Livy sera tellement contente de vous revoir ! Gne. S'exclame Carmen en réponse, tout en mentionnant sa fille, la prunelle de ses yeux, Olivia. Une adorable enfant que Lena gardait parfois, lorsque Carmen et son mari désirent s'accorder un peu de temps pour eux.  

    -Moi aussi je serrai contente de revoir Olivia. Comment va-t-elle ?

    -Gne. Bien, très bien. Gne.

    Lena sourit en remarquant une nouvelle fois le tic de langage de Carmen. Un tic que possédait également Peter, et elle se demandait parfois qui avait déteint sur l'autre. En effet, ils ont la fâcheuse tendance de ponctuer leur phrase par l'onomatopée "gne" , ce qui leur a valu le surnom de famille "Gne" de la part de Bridget. 

     

    4

     

    Carmen Gnébard est une femme de 27 ans. Elle est mariée à Peter Gnébard et ils ont une fille qui s'appelle Olivia et que tout le monde appelle Livy. Lena apprécie beaucoup sa voisine, qui est la gentillesse incarnée. Son sens de l'accueil l'amène souvent à venir rendre visite à Lena pour l'inviter à boire un café ou pour simplement papoter. 

     

    4

     

    -Sinon, vous voulez rester un peu, pour boire un café ou quelque chose d'autre ? Ça m'étonnerai que Bridget arrive toute suite. Propose tout de même Lena, avec le sourire, histoire de ne pas chasser sa voisine. De plus, cela ne lui ferait pas de mal d'avoir un peu de compagnie. 

    -Gne. Non merci. Gne. Livy m'attend ainsi que Peter. Gne. Refusa poliment Carmen qui, avant d'être une bonne voisine, est une épouse et une mère de famille dévouée. 

    -Ok. Passez leur bonjour de ma part. 

    -Gne. Aucun problème Lena, aucun problème. Gne.

    -Bon bah à demain Carmen.

    -Gne. A demain Lena. Gne.

    Après ces salutation de rigueur, Carmen reprend la route pour retourner à sa maison, juste en face de celle de Lena. 

     

    4

     

    Lena sourit en voyant sa voisine s'éloigner. Elle croise les bras contre sa poitrine pour passer ses mains sur ses bras. Elle observe le monde qui l'entoure, les rues paisibles de son quartier. Elle fait ensuite demi-tour pour rentrer à l'intérieur de sa maison. Elle a encore du temps devant elle avant l'arrivée de sa meilleure amie, et elle a intérêt d'en profiter un peu. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :