• 459

    459

    A peine a-t-il posé sa question qu'Océane grimaça aussitôt. Elle se demandait justement quand est-ce qu'il allait s'intéresser à cet enfant qu'elle attendait, à quel moment il allait lui poser une question sur lui. Agacée, la jeune femme comprit que la tenir au courant de l'enquête n'était qu'un simple prétexte, juste pour pouvoir l'interroger sur l'enfant du Chasseur. L'unique preuve que les policiers avaient, l'enfant possédant la moitié de l'ADN du criminel tant recherché étant la seule et plus grosse piste qu'ils possédaient. Fait qui énervait la jeune femme qui ne pouvait plus cacher sa colère. 

    -Allez vous faire voir. Répliqua-t-elle aussitôt, à la grande surprise de son interlocuteur. J'en ai assez que vous, et vos collègues, ne voyez en mon bébé qu'un bout d'ADN sur pattes, une jolie preuve servie sur un plateau d'argent pour arrêter votre cher Chasseur de merde qui doit bien se marrer en ce moment de vous faire tourner en bourrique ! J'en ai assez de votre hypocrisie de merde ! Vous faites comme si vous vous inquiétez pour moi alors que seul l'ADN de mon bébé vous intéresse ! Il n'y a que ça qui compte pour vous ! Arrêter ce putain de Chasseur de merde ! 

    -Je... Je n'y avais même plus pensé... Bredouilla Aiden, sincèrement surpris par l'agacement de la jeune femme. En effet, il avait oublié l'espace d'un instant que le Chasseur était le géniteur de l'enfant, et n'avait vu seulement le bébé lorsqu'il regardait le ventre légèrement rond d'Océane puis posé sa question. Il avait toujours adoré les enfants, et il avait souvent qu'il ne pense plus à son statut de force de l'ordre lorsqu'il était en contact plus ou moins direct avec eux. Un fait qu'il confia aussitôt à la jeune femme avant d'ajouter, je voulais simplement savoir si le bébé était en bonne santé, et vous aussi. Je sais que mes collègues le voient comme une sorte d'indice miraculeuse, mais ce n'est pas vraiment mon cas. L'important, c'est que lui, et vous bien évidemment, soyez en bonne santé. Le reste ne passe qu'en second, voire troisième, plan. Mais je suis désolé si ma question vous a offensé, et je peux comprendre votre agacement. 

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :