• 601

    601

    Un silence pesant s'instaura entre eux suite à ces dernières paroles. Eleonore ne sut pas quoi répondre et Carson se contenta de laisser échapper un soupir de lassitude. Chacun se replongea dans leurs souvenirs, se remémorant les moments passés ensemble, lorsqu'ils étaient heureux, amoureux, prêts à croquer la vie à pleines dents dans l’insouciance la plus totale. Une époque où ils ne vivaient que d'amour et d'eau fraîche, où ils formaient le couple idéal, jalousé de tous.

    Quel gâchis.

    -Le pire, c'est que j'aurais pu te pardonner. Finit par avouer Carson, désabusé. Si tu n'étais pas partie, au final, j'aurais pu te pardonner et aller de l'avant. 

    -Honnêtement, j'en doute Carson. Soupira à son tour Eleonore, nullement convaincue par l'affirmation de son interlocuteur. A ta réaction quand tu nous as surpris, ta colère et la virulence de tes propos quand tu m'as ordonné de partir, je doute fortement que tu aurais pu me pardonner à l'époque. 

    -Comment tu peux le savoir, tu es partie sans te battre. Tu sais pourtant comment je suis quand je suis en colère, mes mots vont plus loin que ma pensée. Tu me connais, j'étais à chaud, je me suis emporté de manière disproportionnée... Tu serais restée pour qu'on parle, tu te serais battue...

    -Non Carson, je ne le savais pas. Tu sembles l'oublier, mais jamais tu ne t'étais emporté comme ça avant ce jour-là. Pas avec moi en tout cas. Lui rappela-t-elle la gorge nouée. Tu t'étais déjà mis en colère, mais jamais autant. Comment voulais-tu que je sache que tu ne voulais pas que je m'en aille ? 

    -En restant. Tu aurais du rester ! Cracha-t-il sur un ton de reproche, la colère refaisant surface après une légère accalmie. Tu aurais du te battre pour nous ! Te battre pour recoller les morceaux et sauver notre couple ! Mais t'es partie comme une voleuse sans te retourner, sans même essayer ! Tu es partie, et tu as tout jeter à la poubelle, comme si cela n'était plus rien pour toi !

    601

    -Ne me mets pas tout sur le dos Carson, car je te signale que tu n'as pas particulièrement cherché à me retrouver durant toutes ces années. Lui souligna-t-elle en fronçant les sourcils d'agacement. J'ai vécu pendant plusieurs mois dans un hôtel au centre de Belderas, et jamais tu n'as essayé de me retrouver. 

    -J'ai essayé de t'appeler ! J'ai passé des jours au téléphone à essayer de te joindre, mais je tombais toujours sur ton répondeur !

    -Parce que j'étais tellement désespérée quand je suis partie que je ne savais plus ce que je faisais, mon téléphone a fini dans les toilettes ! Répliqua Eleonore avec un mouvement de recul, réalisant que la situation dérapait une nouvelle, tout deux commençant à se braquer de plus en plus. J'ai passé des jours enfermée dans une chambre miteuse sans savoir quoi faire de ma vie parce que j'étais persuadée que tu ne voulais plus de moi. J'avais tout misé sur toi Carson, tout absolument tout, et tout est parti en fumée. J'ai autant souffert que toi dans cette histoire, parce que comme je n'avais plus de signe de vie de ta part, j'étais persuadée que tu m'avais rayée de ta vie. Moi aussi, j'y ai laissé des plumes, dans cette histoire !

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :