• 619

    619

    Au bout de plusieurs minutes, Katryn finit par s'éloigner du jeune homme. Elle souffla un coup pour essayer de reprendre ses esprits puis entreprit de marcher un peu, promettant à Carson de revenir bientôt vers lui. Celui-ci se contenta d'hocher la tête pour ensuite la surveiller du coin de l’œil. 

    Il laissa finalement échapper un soupir de dépit. Visiblement, le monde ne semblait plus vouloir tourner rond. Il avait bien du mal à se remettre du retour surprise d'Eleonore la veille, ayant bien du mal à penser à autre chose depuis, se faisant en même temps du soucis pour Ryan qui ne répondait toujours pas à ses appels et voilà que maintenant sa supérieure venait de subir la perte tragique et injuste de sa petite sœur. 

    Il était indéniable que la période était sacrément mauvaise et il se mit à se demander ce qui pourrait bien lui tomber dessus dans les jours à venir. Le destin semblait tellement s'amuser qu'il n'allait certainement pas s'arrêter là. 

    -Je vous raccompagne chez vous. Décréta-t-il en voyant Katryn revenir vers lui. Hors de question que je vous laisse faire le chemin seule dans votre état, et vous avez besoin de repos. 

    -Carson, je pense qu'il serait peut-être temps qu'on se tutoie, non ? Soupira la jeune femme en guise de réponse. Elle n'avait pas la force de lutter, et n'en avait de toute manière pas l'intention. Devant l'air étonné de son interlocuteur, elle se décida à préciser sa pensée. Après avoir été là pour ma fausse couche et maintenant pour ma sœur, je pense que le vouvoiement devient ridicule. 

    -Comme tu veux. En haussa-t-il simplement les épaules, indifférent à cette simple question de politesse. 

    619

    Le chemin vers la maison de Katryn se fit à pieds et en silence. La jeune femme n'avait pas sa voiture et avait de toute façon, besoin de marcher. Carson n'avait pas protesté, et s'était contenté de se tenir à côté d'elle. Il gardait un œil sur elle, mais veillait à ne pas se montrer trop intrusif. Katryn conservait les bras croisés sur elle, la tête baissée, nerveuse à l'idée de rentrer dans sa maison vide. 

    Vide la présence de sa sœur. 

    Elle se mit à craindre cette solitude imposée, et la marche était un bon moyen pour retarder l'inévitable. Elle savait bien qu'il fallait qu'elle rentre chez elle, n'ayant pas d'autres choix, mais cela voulait signifier devoir affronter l'idée que plus jamais Ophélie ne franchirait le seuil de la porte. Et elle se sentit brusquement mal en reconnaissant l'entrée de sa maison.

    -Ça va aller ? Demanda stupidement Carson, mal à l'aise, ne sachant pas quoi dire d'autre. Il regarda la maison, puis Katryn et soupira. Il aurait du se douter que retrouver une maison vide n'allait pas être simple pour cette femme endeuillée, amputée d'un proche membre de sa famille.

    -Je n'ai pas tellement le choix. Souffla exagérément Katryn, tentant de conserver son calme. Il fallait absolument qu'elle maîtrise son chagrin si elle voulait surmonter les prochains jours où elle allait devoir jongler entre l'enquête de la police et l'organisation des obsèques de sa petite sœur.

    -Tu devrais appeler ton mari. Je suis certain qu'il devrait pouvoir rentrer rapidement dans un cas comme celui-ci.

    -C'est ce que je vais faire. Marmonna-t-elle avant d'avancer vers la porte d'entrée sans parvenir à contrôler ses tremblements nerveux.  

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :