• 635

    635

    Le lendemain, les réactions suite au décès de la jeune Ophélie n'ont pas tardé à se manifester. Spontanément, sans même se consulter, les habitants de la ville sont allés déposés des fleurs au bord du fleuve, à l'endroit même où le corps a été découvert. D'autres encore sont apparues devant l'entrée de l'agence matrimoniale, dont la fermeture exceptionnelle n'avait dupée personne suite à la divulgation de l'identité de la victime. Des mots et des cartes accompagnaient ces présents floraux pour soutenir la patronne de l'établissement, et les techniciens de l'agence se mirent à réceptionner fleurs et messages au fur et à mesure, promettant à chaque personne qu'ils les feraient parvenir à Katryn Meteyer. Ils affirmèrent même que son époux, Jared, passeraient les chercher en fin de journée.

    Sur les réseaux sociaux, l'émotion émanant de cette tragédie se faisait également sentir. Les articles traitant de l'affaire se voyaient assaillis de centaines de commentaires de soutiens sur Facebook, des pages d'hommage où des jeunes fréquentant le bar où travaillait Ophélie partageaient des vidéos de ses prestations sur scène apparaissaient sur la toile. Des étudiants de son université profitaient d'ailleurs de ces espaces virtuels pour diffuser des extraits filmés de la dernière pièce de théâtre où jouait Ophélie, glissée dans la peau d'une Juliette véritablement amoureuse de son Roméo. Sur Twitter, le hashtag #RIPOphélie ne mit pas longtemps avant d'être dans les Tendances Mondiales. 

    Mais très vite, cette vague d'émotions laissa place à une déferlante de colère. Des personnes ne tardèrent pas à se réunir pour manifester leur exaspération devant les locaux de la police. Ils n'en pouvaient plus, de vivre dans la peur. Ils ne supportaient plus de craindre pour la sécurité de leur mère, leurs sœurs, leurs amies, leur petite-amie, leurs filles. Les femmes souffraient de ne plus pouvoir mettre un pied dehors dans l'inquiétude de devenir la prochaine proie du Chasseur. Les viols en série étaient déjà une source de terreur. Mais dorénavant, une vie a été perdue et c'était une véritable abomination inacceptable. Personne ne comprenait pourquoi le Chasseur n'ait toujours pas été arrêté. Que faisait la police ? Combien de temps allait-elle permettre à ce monstre de continuer à parsemer les rues en toute liberté, alors des femmes innocentes ne pourraient bientôt plus sortir sans craindre pour leur vie ? Cette situation était intolérable ! Elle avait permis à ce Chasseur de retirer une vie ! Combien d'autres encore allaient être sacrifiées avant que la justice ne fasse enfin son travail ? Les gens criaient leur colère, leur peur, et le nom de la jeune Ophélie devant la police qui ne savait plus comment gérer la situation. Le chef de la police tenta de calmer la situation en sortant faire une déclaration, promettant de tout faire pour retrouver ce criminel et le mettre derrière les barreaux, mais cela n'apaisa pas la foule.

    Des promesses, encore des promesses... La marée humaine n'en avait que faire. Tout ce qu'elle voulait, c'était la tête du Chasseur sur le haut d'une pique...

     

       

       


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :