• 636

    636

    Le soir-même, c'était épuisé qu'Aiden Torwell retrouva avec un soulagement son appartement. Après avoir avalé rapidement une simple salade et jeté un rapide coup d’œil à l'heure sur son four -indiquant qu'il était plus d'une heure du matin-, c'est avec une démarche de zombie courbaturé que le jeune homme se rendit dans sa salle de bain. Il prit une douche rapide pour essayer de détendre ses muscles tendus par sa journée interminable, avant d'enfiler son pyjama et de se passer un coup d'eau froide sur le visage. 

    Aiden avait l'impression d'avoir passé la pire journée de sa vie, inimaginablement rude et stressante, ne lui laissant aucune seconde pour souffler, l'accablant au delà du possible.

    636

    Entre le décès d'Ophélie, les manifestations réclamant justice, et son commandant qu'il lui était soudainement tombé dessus, l'inspecteur n'eut pas une seconde pour souffler. A peine une heure après que les personnes aient commencé à se rassembler, le commandant de la criminelle a réclamé sa présence immédiate dans son bureau. Il n'a pas été tendre avec lui, réclamant des résultats le plus rapidement possible ne supportant plus de voir l'enquête s'éternisée, et Aiden s'est vu dans l'impossibilité d'en placer une. 

    Le FBI hésite même entre intervenir ou continuer de se foutre de notre gueule, Torwell !  S'était écrié le commandant, soupirant d'exaspération en entendant son téléphone sonné pour la énième fois depuis la découverte du corps de la jeune fille. 

    J'ai aussi le maire qui me harcèle car il n'en peut plus d'avoir un psychopathe qui se pavane dans les rues ! Il se demande même qui sont les branquignoles qui s'occupent de l'affaire et veut la voir se clôturer au plus vite avec ce fou derrière les barreaux ! Avait-il ajouté ensuite avec une sévérité dont il faisait rarement preuve habituellement, étant plutôt bienveillant et compréhensif avec ses équipes. Mais à situation exceptionnelle, comportement exceptionnel. 

    Je vous préviens Torwell, je veux des résultats ! Sinon des têtes vont devoir tomber, et croyez-moi bien quand je dis que ça m'embêterait pas mal ! Si c'est la seule solution pour apaiser le maire, je n'hésiterai pas une seconde ! Avait-il fini par soupirer, avant de conclure par un magnifique : "Sortez-vous les doigts du cul, bordel !" 

    636

    -Journée de merde. Marmonna avec aigreur Aiden en se regardant dans le miroir.

    Ses journées étaient déjà longues depuis qu'il a été mis sur cette affaire, mais il sentait bien qu'il n'était pas prêt à revoir la couleur d'une vie normale tant que le Chasseur courait dans les rues. Il était dépité, frustré et enragé de voir que ce fou se jouait d'eux, et il était encore plus hors de lui en constatant que le viol ne suffisait maintenant plus à ce malade. Voilà qu'il voulait ajouter le meurtre à son tableau de chasse, afin d'accentuer la pression et de s'amuser davantage avec eux. Manquerait plus qu'il s'amuse à leur envoyer du courrier, et ce serait définitivement la cerise sur le gâteau de la honte. 

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :