• 647

    647

    Suite à sa question, Aiden Torwell prit aussitôt un air sérieux, qui ne laissait présager rien de bon. Océane se mordit la lèvre inférieure, soudainement aux prises d'un mauvais pressentiment, regrettant aussitôt d'avoir posé sa question. Peu importe la raison de sa venue, elle ne voulait plus le savoir et souhaitait qu'il s'en aille sans prononcer le moindre mot. Les mauvaises nouvelles, elle en avait assez entendues ces derniers mois pour le restant de ses jours. 

    -Je suis venu vous avertir que vous serez dorénavant placée sous protection policière. Avoua Aiden de manière directe. Il était inutile de tourner autour du pot, selon lui. Cela ne changerait rien à la situation et ne ferait que créer un suspense qui n'avait pas lieu d'être. 

    -A cause de la mort d'Ophélie ? Comprit alors la jeune femme, loin d'être dupe, tout en détournant la tête pour ne plus voir la mine sombre de son interlocuteur. 

    -En effet. Si le Chasseur se met à commettre des meurtres, nous craignons qu'il finisse par s'en prendre à vous, étant donné que vous attendez son enfant. Vous portez la seule preuve irréfutable de sa culpabilité, et il pourrait vouloir se débarrasser de vous pour que plus rien ne puisse le relier à lui. 

    647

    -Ok. Répondit-elle simplement, les larmes aux yeux, bouleversée par une nouvelle menace qui planait au-dessus de sa tête.

    Et voilà, elle aurait du s'en douter. Encore une mauvaise nouvelle. A croire que son existence se résumait désormais à une succession d'événements négatifs, et qu'un nuage profondément noir obscurcissait le reste de sa route, sans qu'aucun rayon de soleil ne puisse filtrer afin de lui permettre d'espérer un avenir meilleur. Depuis que son chemin avait croisé celui d'un prédateur, sa vie est devenue véritablement chaotique sans laisser présager un moyen pour elle de sortir la tête de l'eau. A croire que c'était elle la fautive dans l'histoire, et qu'une force suprême cherchait à la punir de quelque chose en lui imposant une succession de malheurs dont elle ne voyait plus le bout. 

    -Vous vous sentez bien ? S'inquiéta brusquement, et maladroitement, le jeune homme, avant de réaliser la stupidité de sa question. 

    -Parfaitement bien ! J'ai été violée, je suis enceinte de mon violeur, je suis obligée de rester coincée chez moi et maintenant j'apprends que mon violeur voudra sans doute me tuer ! Ma vie est géniale, je ne peux pas être plus comblée ! Ironisa aussitôt Océane, la voix tremblante, essayant de retenir ses larmes. 

    Manquerait plus qu'elle se mette à pleurer maintenant, histoire de sombrer un peu plus au plus profond du pathétisme de son existence. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :