• 498

    498

    -Pourquoi rejettes-tu Tania ? Questionna-t-il directement, sans prendre de gants. Il savait pertinemment qu'il était inutile qu'il tourne autour du pot, cela ne ferait qu'agacer sa petite amie qui appréciait les gens directs. A chaque fois que tu la vois, tu es désagréable avec elle, tu l'évites, tu fais tout pour passer le moins de temps possible avec elle. Je ne comprends pas pourquoi. 

    Suite à la question de son petit ami, Haley se raidit, et serra nerveusement le couteau dont elle se servait pour beurrer le pain de mie. Elle respira un grand coup, pour éviter de succomber à l'agacement, et préféra ignorer les interrogations de Neil. Elle ne voulait pas voir éclater une dispute, et songea donc qu'il valait mieux qu'elle conserve le silence. 

    -Haley, réponds-moi ! Insista cependant celui-ci, faisant ainsi soupirer la jeune femme.  

    -Tu ne représentes pas une norme à toi tout seul, Neil. Tout le monde n'est pas obligé d'avoir une relation fusionnelle avec ses frères et sœurs. Se contenta-t-elle de dire, sans se préoccuper davantage des troubles de son homme. Ses raisons d'agir ainsi ne le regardaient pas, après tout. Jamais il ne pourrait comprendre. 

    498

    -Certes, mais les gens ont généralement une raison pour être en mauvais terme à ce point avec les autres. Persista Neil, nullement décidé à laisser tomber la partie. Il voulait contraindre Haley a avoué les raisons de ses agissements, et ce ne sont pas ses réponses générales et vagues qui lui permettront de se sortir d'affaire. Or, toi, tu la repousses sans aucune raison. Aussi loin que je m'en souvienne, tu ne t'es jamais montrée gentille avec elle. J'aimerai bien comprendre pourquoi. Tu tolères Connor qui est parfois turbulent, mais tu rejettes obstinément Tania qui est pourtant sage comme une image en toute circonstance ! 

    -Bon, écoute, ma relation avec ma demi-sœur ne te regarde pas, alors mêle toi de tes affaires. Rétorqua froidement Haley, de plus en plus agacée par la tournure de la conversation. 

    -Ça me regarde étant donné que ça joue directement sur notre relation ensuite ! Répliqua sans hésité Neil. C'est parce que tes parents ont du plus s'occuper d'elle que de toi quand elle est née ? Qu'ils ont cherché à la préserver elle, et pas toi, quand Ashton est tombé malade ? C'est une histoire de jalousie c'est ça ? M'enfin Haley, tu n'as plus douze ans ! Tu es suffisamment grande pour faire la part des choses ! 


    votre commentaire
  • 499

    499

    -Merde, Neil ! Merde ! S'énerva subitement Haley tout en arrêtant la préparation du dîner. Tu es gonflé de me faire la leçon ! Tes cauchemars perturbent aussi notre couple, et tu refuses d'en parler avec ta mère alors que c'est la seule solution qu'ils s'arrêtent ! Tu voues une haine terrible à ton père biologique, tellement que tu n'en dors plus la nuit ! Alors, ne viens pas me faire la morale sur comment je dois agir, ou non, avec ma famille ! 

    -Cela n'a rien à voir ! Ta sœur, elle, n'a jamais essayé de tuer ta mère ! S'agaça à son tour Neil, n'appréciant pas du tout que son géniteur vienne sur le tapis. Mes problèmes n'ont strictement rien à voir avec une histoire de jalousie puérile ! 

    -C'est tout aussi débile de laisser ses cauchemars perturber ses nuits alors que la solution est toute simple ! Tu préfères jouer les grands, et tu refuses de voir que tu pourrais avoir de quelconques liens alors ton père biologique ! Tu refuses de l'accepter, et tu préfères que tes peurs te bouffent la vie plutôt que d'avoir une simple discussion avec ta mère. Tout ça parce que tu as la frousse d'un fantôme ! 

    -Bordel Haley, laisse Nate là où il est ! Là n'est pas la question ! S'emporta petit à petit le jeune homme, piqué au vif. Est-ce vraiment pour une historie de jalousie que tu rejettes ta sœur ? Est-ce vraiment pour des raisons aussi connes ? 

    -Laisse moi tranquille Neil ! Je t'ai déjà dit que cela ne te regardait pas ! Hurla en réponse Haley, tout en traversant rapidement la pièce pour prendre son manteau. Il devenait affreusement insupportable, et il était hors de question qu'elle reste plus longtemps dans cet appartement dans lequel elle étouffait à présent. 

    -Réponds moi Haley bordel ! C'est stupide comme comportement ! Comment feras-tu lorsqu'on aura des enfants ? Comment feras-tu ? 


    votre commentaire
  • 500

    500

    -Quels enfants ? Je ne veux pas d'enfants ! Alors la question ne se pose pas ! Ne m'attends pas ce soir, je ne vais pas rentrer ! Bye ! Conclut-elle alors, tout en refermant violemment la porte derrière elle, laissant un Neil éberlué par ce qu'il venait d'apprendre. 

    Un lourd silence s'installa dans l'appartement suite au départ de la jeune femme. Neil resta planté au milieu de la pièce, ayant du mal à en croire ses oreilles. Il est vrai qu'ils n'avaient jamais abordé la question ensemble, vu qu'ils sont encore jeunes et en plein dans leurs études. Ils avaient encore le temps, et le moment n'était pas venu pour envisager de fonder une famille. Mais pour Neil, c'était une évidence. Il se voyait clairement épouser un jour Haley, et avoir des enfants avec elle. Plus généralement, il souhaitait en avoir. Il n'avait jamais envisagé son futur sans bambins qui courraient partout dans le séjour, après lesquels il faudrait courir pour éviter qu'ils ne se blessent. 

    Mais il venait de découvrir que Haley n'avait absolument pas les mêmes projets que lui. Visiblement, elle voyait l'avenir différemment. Un fait qui l'abasourdit. Un fait qui le blessa. 

    Un fait qui le fit tomber de haut tellement qu'il fut déboussolé. 


    votre commentaire
  • 501

    En fin de soirée, chez Katryn, la jeune femme tournait en rond chez elle, ne parvenant pas à rester en place, ni à se calmer. Depuis quelques jours, elle subissait des insomnies et la fatigue commençait à se faire sérieusement sentir. Elle avait beau s'allonger dans tous les sens, dans toutes les positions possibles, elle ne réussissait pas à trouver le sommeil. Et lorsqu'elle y parvenait, elle ne rêvait que de l'enfant qu'elle n'avait pas pu avoir, de sa mère, de son beau-père, puis à nouveau de l'enfant. Elle se réveillait toujours en larmes, inconsolable et repliée sur elle-même tout en cherchant un moyen d'étouffer ses sanglots pour ne pas alerter sa sœur. Elle ne voulait pas l'inquiéter, et Katryn voulait gérer cette situation toute seule. Situation qui la déstabilisait complètement, ne comprenant pas pourquoi elle ne parvenait pas à avancer. Elle avait suivi le conseil de Carson et elle était allée voir un médecin, qui l'avait rassuré quand à ses capacités à devenir mère. Pourtant, malgré cela, ses nuits étaient toujours agitées, et cela commençaient réellement à la travailler. Après être allée boire un verre d'eau, elle retourna dans sa chambre pour ensuite étouffer un cri de désespoir dans un oreiller. Elle était épuisée, dépitée, désespérée. Elle ne savait décidément plus quoi faire pour réussir à avancer et à aller mieux... 

    Au même moment, Carson passait la soirée avec sa petite-amie avec qui, il essayait de regarder un film à la télévision. Essayait, car tenter de suivre l'intrigue était quasiment mission impossible, et pour cause : Andie ne cessait de parler. Lorsqu'elle ne racontait pas sa journée dans les moindres détails -jusqu'à son petit-déjeuner et déjeuner argumentant en détails sur le fait qu'elle aurait elle-même mieux réussi une simple omelette au fromage-, elle lui posait tout un tas de questions sur son passé. Questions qu'il éludait rapidement, ne souhaitant absolument pas y répondre, tout en serrant les dents pour ne pas l'envoyer froidement balader. 

    501

    Au milieu d'un monologue ponctué d'interrogations, Carson laissa malgré lui échapper un soupir d'exaspération. Il n'en pouvait plus de l'entendre piailler, et il se demandait même comment un Juge pouvait supporter sa voix criarde durant une audience, voire tout au long d'un procès, sans avoir des envies de l'étouffer avec les preuves présents dans le tribunal. 

    -C'est quoi le truc le plus fou que tu as fait par amour ? Demanda soudainement Andie, dans un élan de romantisme en voyant le héro du film réalisé qu'il était fou amoureux du personnage principal féminin. 

    Tomber amoureux ? Eut envie de répondre avec ironie Carson avec un sourire en coin, pour ensuite se contenter de répondre : -Rien. 

    -Carson, tu as l'air pensif. Tout va bien ? S'inquiéta subitement la jeune femme, faisant lever au ciel les yeux de son compagnon. Pour une fois qu'elle se préoccupait d'une autre personne qu'elle-même, s'en était presque trop beau ! 

    -Rien. Je pense juste à ma sœur qui s'est mise à me poser des questions bizarres depuis quelques temps. Lui répondit-il simplement dans un haussement d'épaules, et dans un semi-mensonge. 

    -Quoi comme questions ? 

    -Ça te regarde pas. Soupira-t-il, blasé par sa curiosité maladive. 


    votre commentaire
  • 502

    502

    Dans un semi-mensonge... En effet, Rosalie lui posait des questions inhabituelles depuis quelques jours au sujet de Ryan, cherchant à savoir avec de plus en plus d'insistance ce qui a bien pu se passer entre eux pour qu'il se montre aussi froid, voire cruel, envers son meilleur ami d'enfance. Il ne répondait jamais à ces interrogations, lui rappelant avec de plus en plus de virulence que ces histoires ne la concernaient pas et qu'elle n'avait pas à s'en mêler, mais cela l'intriguait qu'elle s'y intéresse avec autant d'ardeur. Elle prétextait l'inquiétude et l'incompréhension, jugeant "incroyablement stupide qu'il agisse ainsi certainement pour des broutilles", il n'en croyait pas un mot. 

    Néanmoins, contrairement à ce qu'il venait d'affirmer à sa petite-amie dans l'unique but qu'elle fiche la paix, ce n'était pas la soudaine curiosité de sa sœur qui le préoccupait. Et ce n'était pas uniquement son agacement envers l'attitude d'Andie qui le rendait aussi distant et froid envers elle. Il repensait juste à sa conversation avec Katryn après l'avoir croisé par hasard devant l'agence matrimoniale en début de soirée. Cela le taraudait depuis, et il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour elle. Il craignait que ses troubles soient aussi graves que ceux qu'avaient subi Eleonore et, bien qu'il ne portait pas particulièrement sa patronne dans son coeur, il espérait que ce ne soit pas le cas. Dans le doute, il conservait son téléphone à porter de main, ne souhaitant pas manquer son coup de téléphone si elle venait à essayer de le joindre. 

    -Excuse moi. Dit-il à Andie en sortant son téléphone qui affichait un numéro inconnu, tout en se levant du canapé pour s'éloigner de la jeune femme.  


    votre commentaire