• 537

    En parallèle à la fête de fin de semaine chez les étudiants, Alaric a organisé une petite soirée chez lui, profitant d’une énième absence de son paternel au domicile, afin de présenter sa petite amie, Jenna, à sa meilleure amie. Cette dernière ne cessait de lui poser des questions sur la demoiselle qui lui avait réussi l’exploit de lui mettre le grappin dessus, si bien qu’il a jugé plus simple de les réunir. En attendant Jenna, Lizzie trépignait sur place, ravie de pouvoir enfin mettre un visage sur un nom. Alaric était très amusé de cela, même s’il avait un pincement au cœur de constater que la jalousie ne venait pas s’insinuer dans l’esprit de sa meilleure amie. Il savait qu’il ne devait plus rien attendre de sa part, qu’il devait dorénavant se contenter de son amitié inébranlable, mais c’était plus fort que lui. 

     

     


    votre commentaire
  • 538

    Il sortit brusquement de ses pensées lorsque Lizzie s’écria joyeusement en entendant la sonnette retentit, annonçant l’arrivée de la fameuse petite amie. Elle ordonna à son ami d’ouvrir sur le champ afin de ne pas retarder les présentations ! L’adolescent leva les yeux au ciel, et trottina jusqu’à la porte pour laisser apparaitre une petite brune, avec un carré court, aux yeux bleus, vêtue d’un jean large et d’une chemise cintrée. Jenna sourit à Lizzie qui le lui rendit, bien qu’elle fût surprise de la découvrir. Connaissant son meilleur ami, elle l’aurait imaginé plus féminine, alors que Jenna tendait plus vers un style plus masculin. Néanmoins, l’habit ne faisant pas le moine, elle ne s’en formalisa pas. De plus, il était vrai que son ami ne s’était jamais épanché sur ses goûts en matière de filles, alors il était tout à fait possible qu’elle se soit trompée ! Et cela n’empêchait pas la jeune fille d’être sympathique, en plus. 

     

     


    votre commentaire
  • 539

    Alaric s’empressa d’aller mettre une pizza au four, laissant les demoiselles de leur côté afin qu’elles fassent connaissance. Le stress commençait à monter en lui, et il n’avait pas la moindre idée de la tournure qu’allait prendre la soirée. Une nervosité inutile en fin de compte, puisque les deux filles n’eut aucun problème à discuter et à faire connaissance dans la bonne humeur. Lizzie apprit donc que Jenna Kyners étudiait dans un lycée public, avait une grande sœur de 23ans et rêvait de devenir éditrice. Elle était visiblement un véritable boute-en-train, ne s’arrêtant jamais de plaisanter et de rire. Une bonne humeur qui n’avait pas de mal à être communicatrice.

    Néanmoins, un peu plus tard dans la soirée et profitant que le seul garçon présent se soit absenté quelques minutes dans la salle de bain, Jenna profite d’être seule avec Lizzie pour l’interroger sur sa relation avec Alaric. Cachant sa nervosité derrière son humour, la jeune fille avait remarqué que son petit ami lançait des regards étranges sur sa meilleure amie, et elle ne pouvait s’empêcher de se poser des questions. 

     

     


    votre commentaire
  • 540

    -Tu insinues quoi par-là ? Lui demanda Lizzie en haussant un sourcil intrigué, lorsque Jenna lui avait posé une question sur sa proximité avec Alaric.

    -J’insinue rien… Mais vous êtes drôlement proche et je trouve qu’il te lance des regards… bizarres. Répliqua alors la brunette aux yeux bleus.

    -Il n’y a jamais rien eu de plus avec Rick, il est comme un frère pour moi. C’est tout.

    -T’es sûre ? Il n’y a jamais rien eu entre vous ? Persista-t-elle, stressée.

    -Evidemment que je suis sûre ! Je suis quand même bien placée pour le savoir ! Soupira Lizzie en levant les yeux, en essayant de masquer un brin d’agacement. Jenna semblait manifester une certaine jalousie, et cela ne lui disait rien qui vaille ! Elle espérait que cette fille ne devienne pas excessivement possessive, et vienne à en être nuisible pour son amitié avec Alaric. Elle avait déjà perdu Emma, il était hors de question qu’elle le perde aussi, et surtout pas à autre d’une tierce personne qui venait tout juste de débarquer ! Soudain, elle sentit son téléphone vibrer, annonçant l’arrivée d’un SMS où son frère lui disait qu’il l’attendait devant la maison. Ni une ni deux, elle n’attendit pas une seconde de plus pour prendre la poudre d’escampette, ne supportant plus l’interrogatoire de Jenna. Elle lança un rapide au revoir à son meilleur ami, et sortit de la maison sans demander son reste. Interloqué sur l’attitude inhabituelle de la jeune Meyers,  Alaric ne tarda pas à interroger sa petite amie, qui croisa les bras contre sa poitrine, affirmant qu’elle n’avait rien fait de mal à part poser quelques questions !

    -Pourquoi tu es allée lui demander ça aussi ? C’est ridicule ! Soupira de dépit l’adolescent, ne souhaitant pas que ses futurs ex-sentiments ne viennent perturber sa relation avec Jenna.

    -Parce que je ne suis pas du genre à passer en seconde Alaric ! Je veux être la première, et la seule, dans ton cœur, pas la roue de secours !  

    -Tu en as d’autres des bêtises en stock ou tu as fini ? Dit-il en levant les yeux au ciel, avant de lui sourire tendrement et de l’embrasser. Le téléphone de la jeune fille sonna pour la énième, et elle leva les yeux au ciel en constatant que sa sœur ne cessait de la harceler. Comme si elle n’était pas suffisamment grande pour comprendre que si elle essayait de la joindre, c’était pour l’avertir qu’elle allait bientôt venir la chercher ! 

     

     


    votre commentaire
  • 541

    Le lendemain, Ophélie préféra rester chez son petit ami, n’ayant aucune envie de sortir pour rentrer chez elle. De plus, tout le monde avait déserté l’appartement, ce qui faisait que les deux amoureux pouvaient profiter d’une journée tranquille sans être dérangé. Cependant, cela ne les empêchait pas de se contenter de la chambre de Curtis pour regarder un DVD sur son ordinateur, Keith ayant soi-disant malencontreusement cassé le lecteur DVD la veille. Mais malgré le fait que le film avait l’air passionnant et qu’elle soit confortablement blottie contre son homme, la jeune femme avait la tête ailleurs. Elle ne cessait de repenser à la soirée de la veille, se demandant pourquoi Curtis n’avait plus rien tenté depuis sa première et dernière tentative d’aller plus loin avec elle. Il lui avait, certes, assuré qu’ils prendraient leur temps, mais elle s’était imaginée qu’il essaierait, au moins d’en parler. Or, il n’en était rien, et il faisait comme si de rien n’était. Est-ce que le fait de savoir qu’elle était vierge l’avait refroidi ? Est-ce que, contrairement à ce qu’il lui avait affirmé, cela le dérangeait ? Elle essayait d’effacer ses craintes, mais rien n’y faisait, le doute s’installait en elle et prenait ses aises sans le moindre scrupule. Elle se mettait à littéralement prendre peur, effrayée qu’il se choisisse finalement de la laisser tomber, se rendant compte qu’en fin de compte, elle ne l’attirait pas. 

     

     


    votre commentaire