• 3

    3

    Katryn fronça les sourcils à l'entente de ce surnom qui n'avait absolument rien d'affectueux. Un surnom dont elle avait horreur parce qu'il lui rappelait de mauvais souvenirs. Et cet homme devait connaître son passé, car il l'a appelé ainsi dans l'unique but de la blesser. Il doit donc faire partie de son entourage, car peu de personnes connaissaient cette histoire. Et constater cela lui fit aussitôt mal, son coeur se serrait. Elle connaissait ce monstre qui a tant fait de mal, et lui avait même accordé sa confiance. Elle se sentait trahie, mais aussi terriblement stupide. Elle n'avait donc pas su voir qui il était vraiment.

     -Je vais t'enlever ton bandeau, Kathy. Tente quoique ce soit et ça ira très mal pour toi. L'avertit-il ensuite sur un ton menaçant.

    La jeune femme se figea, serrant ses liens entre ses doigts de peur qu'il ne remarque sa tentative de libération. Elle l'entendit s'approcher d'elle, et aller derrière son dos. Lorsqu'elle sentit ses mains dans ses cheveux, son visage prit un air de dégoût. Ce type, dont elle ignorait pour le moment l'identité exacte, la répugnait. Elle ne comprenait pas comment un homme, un être humain, pouvait faire autant de mal à d'autres individus, et l'idée même lui faisait horreur. 

    D'autant plus que parmi les victimes de ses crimes, beaucoup faisait partie de ses proches. Ce type qui la connaissait, avait donc pris un malin plaisir à la voir souffrir, la faire souffrir, elle. Et cela lui était encore plus douloureux de réaliser cela. 

      


    votre commentaire
  • 4

    4

    Soudainement, elle sentit le bandeau glisser doucement sur son visage abimé par les coups qu'elle a reçu pour atterrir sur ses jambes. Elle garda les yeux fermés pendant un instant, ne voulant pas voir celui qui l'avait trahie. D'un côté, elle ne souhaitait pas découvrir son identité, sachant très bien qu'elle allait souffrir. Cependant, elle se doutait bien qu'elle ne pourrait rester les yeux fermés éternellement. Au moment où l'homme s'est éloignée d'elle, Katryn ouvrit alors les yeux.

    Et lorsqu'elle vit qui se tenait devant elle, elle crut qu'elle était entrain de rêver, ne croyant pas ce que lui dévoilait ses yeux bleus.

    Elle lui avait accordé sa confiance, ne s'imaginant même pas qu'il était capable de faire autant de mal. Derrière ses belles paroles, se cachaient en réalité un véritable monstre. Jamais elle ne l'aurait cru capable d'une telle monstruosité. Jamais. Et cela lui faisait mal de réaliser à quel point elle s'était trompée sur son compte. Tellement mal...

    Il lui avait menti. Sans aucun remord, il lui avait menti. Elle y croyait tellement. La voilà une nouvelle fois déçue. Blessée.

    Elle était tellement choquée que ses yeux étaient rivés sur lui, et uniquement sur lui. Elle ne faisait même pas attention au décor qui l'entourait. A l'heure actuelle, elle s'en fichait.

    Des noms défilaient dans sa tête. Des noms de personnes qui lui étaient chères. Des noms de ses victimes.

    Océane... Emma... Rosalie... Eleonore... Ophélie... Lui...

      

    Ophélie....

     


    votre commentaire
  • 5

    5

    -Alors Kathy, tu as perdu ta langue ? Se moqua alors son agresseur avec un amusement malsain, qui fit grimacer de dégoût la jeune femme.

    Elle ne pouvait même plus le regarder en face tellement qu'il la répugnait. Rien que le son de sa voix lui était insupportable. Elle y avait cru, pendant l'espace d'un instant. Elle y avait cru, mais elle aurait mieux fait de s'abstenir et de se méfier. Cela lui avait réussi, avant. Aujourd'hui, elle se retrouvait dans une impasse et tout ce dont elle avait cru venait de s'effondrer en l'espace de quelques secondes.

    -Alors, c'était donc toi. Souffla-t-elle finalement, sortant ainsi de son mutisme. Je n'arrive pas y croire...

    -Et pourtant, c'est bien moi, Kathy. Désolé de te dire ça, mais tu n'es pas dans un cauchemar. Lui assura-t-il en affichant un grand sourire qui fit naître une nouvelle grimace, tandis qu'il mit ses mains sur ses hanches, montrant fièrement son arme.

    -Comment as-tu pu... Ophélie... C'est donc toi qui... Tu es un monstre !! Commença-t-elle à s'énerver, perdant pied peu à peu face à la situation. Les pensées se bousculaient dans sa tête et elle avait du mal à faire le point, à réfléchir calmement. Elle était obsédée par l'image de sa soeur, et savoir qu'il osait se tenir devant elle, qu'il a osé rester à ses côtés après ce qu'il a fait ne fit qu'augmenter sa colère et sa répulsion.

      

     


    votre commentaire
  • 6

    6

    -Je ne l'ai pas tué. Affirma alors l'homme, tout en perdant son sourire. Il voyait Katryn commencer à s'énerver et à perdre son sang froid et cela l'agaçait déjà prodigieusement. Il préférait nettement la voir rester calmement sur sa chaise, sans s'agiter.

    -C'est tout comme. Rétorqua-t-elle d'un ton glacial. C'est de ta faute si elle n'est plus de ce monde aujourd'hui. Elle avait seulement dix-neuf ans ! Comment as-tu pu lui faire ça ? Comment as-tu pu ? Tu es un monstre ! Elle ne méritait pas ça... Personne ne méritait ça !

    -Ophélie n'est qu'une fille parmi tant d'autres. En haussa simplement les épaules l'homme, se fichant éperdument des dires de la jeune femme. Elle n'était qu'un jouet, comme les autres.

    -Tu n'es qu'une ordure. Une horrible ordure. Cingla Katryn, dont la colère et la rage grandissaient en elle, si bien qu'elle-même était surprise de les ressentir avec tant d'intensité. Je ne sais même pas comment tu fais pour te regarder dans une glace. Tu n'es plus un être humain. Tu es simplement un être abjecte qui ne mérite même plus de vivre. Tu me fais honte, tu me répugnes. Je me demande comment ai-je pu me laisser berner. Tu es un être abominable qui mériterait de manger les pissenlits par la racine. 

    -Fais attention à ce que tu dis, tu n'es absolument pas en position de force, Kathy. La prévint-il d'un ton étrangement froid tout en commençant à jouer avec son arme. 

      

       


    1 commentaire
  • 7

    7

    -Ne m'appelle pas comme ça ! Hurla-t-elle brusquement tout en se levant de sa chaise, oubliant qu'elle devait rester discrête. En la voyant debout, son monstrueux interlocuteur fronça aussitôt les sourcils d'un air contrarié. Tu es un montre ! Un monstre ! Ces femmes étaient des innocentes ! Elles n'avaient rien demandé ! Elles ne méritaient pas ça ! Ce que tu leur as fait subir est juste immonde et profondément injuste ! Et le pire, c'est que tu n'affiches aucun regret !

    -Je ne regrette rien. Et tu n'aurais pas du te détâcher Kathy. Lui répondit-il avec un étrange calme qui ne perturba pas Katryn tellement que sa rage envers cet homme était immense.

    -Cesse de m'appeler comme ça, connard ! Monstre ! Tu es immonde ! Tu me répugnes tu n'imagines même pas à quel point ! Rétorqua-t-elle.

    -Arrête donc de crier, tu me donnes mal à la tête. Soupira-t-il, ignorant les injures de la jeune femme. Laisse moi donc parler, j'ai une proposition à te faire. Et crois-moi, il est plutôt dans ton intérêt d'accepter, Kathy.

      

     


    votre commentaire