• 123

    123

    Le lundi suivant, Rosalie s'empressa de retrouver son amie sur son lieu de travail comme il était prévu. Elle n'a cessé de penser et repenser cette journée, plus stressée que jamais. Elle avait peur de la réaction de Katryn, mais elle ne voyait pas d'autre solution pour aider son frère. Au moins, même si elle refusait, Rosalie savait que son amie comprendrait sa demande.

    Après avoir tranquillement déjeuné au petit café-restaurant en face de l'agence, les deux jeunes femmes s'offrirent un café et allèrent s'asseoir sur un banc, pour discuter de tout et de rien. Le stress de la brunette montait en flèche, mais le fait qu'elles parlaient de divers sujets lui permettaient d'éviter celui qu'elle voulait aborder. Mais elle avait parfaitement conscience qu'il s'agissait de reculer pour mieux sauter.

    -Vous allez avoir un bébé ?! S'exclama-t-elle, étonnée, après l'annonce de son amie.

    -Oui ! Enfin,on veut avoir un bébé... Jared a déjà préparé la chambre, c'est fou ! Il a fait tout ça derrière mon dos, j'ai encore du mal à y croire ! S'enthousiasma Katryn, encore heureuse de ce tout nouveau projet d'avenir que lui offrait son adorable époux.

    -Il ne manque plus que le bébé !

      


    1 commentaire
  • 124

    124

    -Ca, c'est sûr ! Confirma Katryn avec une immense sourire. J'ai tout pour être heureuse ! Un mari, mon entreprise marche du tonnerre... Et maintenant, avec Jared, on veut un bébé ! On veut fonder une famille !

    -C'est génial !

    -Oui ! J'imagine déjà... Avoua-t-elle ensuite, soudainement songeuse. J'ai tellement hâte ! J'espère que je ne fais pas partie de ces femmes ont du mal à tomber enceinte... Souffla-t-elle, le regard dans le vague, soudainement terrifée par cette éventualité. Rosalie ne tarda pas d'ailleurs à poser sa main sur son épaule d'un geste amical, tout en lui assurant que cela ira. -Sinon, tu voulais me parler de quoi ? Cela avait l'air urgent au téléphone. Se rappela bruquement Katryn, de nouveau intriguée par sa conversation téléphonique du début de week-end.

      


    votre commentaire
  • 125

    125

    Pendant tout le week-end, Rosalie était résolue à demander ce service à son amie. Mais une fois le moment venue de lui en parler, elle n'était plus sûre de rien. Elle savait que l'agence était comme le bébé de son amie. Elle l'a crée elle-même, elle s'est battue pour pouvoir en tirer quelque chose. Elle tenait à son agence, et elle faisait toujours attention à embaucher les bonnes personnes. Les personnes presque parfaites pour le travail qu'elle proposait. Et demander à faire une exception était sacrément culotté de sa part, et elle n'était plus si sûre que c'était une bonne idée de la supplier d'embaucher Carson.

     -Rosalie ? Finit par insister Katryn, intriguée par l'attitude étrange de son amie.

     


    2 commentaires
  • 126

    126

    -Rien, laisse tomber. Changea brusquement d'avis la jeune femme, tout en se levant soudainement du banc pour fuir aussitôt avant de craquer. Elle réalisait que lui demander d'embaucher Carson était exasgéré, c'était trop lui demander. -Je n'aurais pas du t'appeler, oublie. Passe une bonne après-midi.

    -Hein ? Ne comprit évidemment pas Katryn, déboussolée par ce rapide changement d'avis. Et par ce changement d'avis d'ailleurs. Rosalie n'était pas du genre à laisser tomber, et lorsqu'elle avait une idée derrière la tête, il était difficile de lui faire changer d'avis. Son attitude l'intrigua d'autant plus et elle refusa de laisser tomber sans connaître les motivations de son amie.

    126

    -Pourquoi tu fuis comme ça ? L'interrogea-t-elle aussitôt, voulant l'empêcher de partir. Elle savait que si elle n'insistait pas maintenant, jamais elle n'aurait de réponses à ses questions. Qu'est-ce que tu as à me dire pour décider d'éviter le sujet aussi soudainement ?

    -Laisse tomber Kat', s'il te plait. Ce serait beaucoup trop de demander, et je ne veux pas t'embêter avec mes problèmes... Qui ne sont pas réellement les miens, en plus. Soupira la jeune femme brune, avant de commencer à s'éloigner.

    -M'enfin Rosalie, si je peux t'aider, parle moi !! S'écria Katryn, de plus en plus interloquée. De quels problèmes parle-t-elle donc ? Qu'est-ce qui peut bien lui arriver pour qu'elle hésite à lui demander de l'aide ?

      

     


    votre commentaire
  • 127

    127

     -Quand tu m'as dit que tu ne voulais pas qu'on t'appelle Kathy en précisant que tu ne voulais pas en parler, j'ai respecté ton choix, moi. Lui rappela alors son amie tout en respirant un grand coup en levant la tête au ciel. Elle voulait lui crier que son frère était entrain de s'enfoncer dans un néant total duquel il ne pourrait problablement jamais sortir, mais s'efforçait de garder ça pour elle. Même si elle savait que Katryn serait sans doute la seule personne à accepter de l'aider, elle savait aussi que c'était beaucoup trop lui en demander. De plus, ce n'était pas ses affaires, et Carson ne supporterait qu'une parfaite inconnue vienne se mêler de ce qui ne la regardait pas.

    -Mais moi, cela fait maintenant partie du passé. Si je ne veux pas en parler, c'est que je refuse de me souvenir. Se justifia alors la châtaine, voulant motiver son amie à se confier. Alors que toi, tes problèmes datent d'aujourd'hui, et c'est aujourd'hui que tu as besoin d'aide. C'est pour cela que j'insiste Rosa, parce que je vois bien que quelque chose ne va pas et que je veux t'aider.

      

     


    votre commentaire