• 128

    128

    -Ce n'est pas moi qu'il faut aider, mais mon frère. Finit par soupirer Rosalie, laissant tomber les armes. A quoi bon lutter ? Elle savait que si elle voulait voir son frère se relever et reprendre sa vie en main, il n'existait pas 36 000 solutions. Et ses problèmes ne datent pas d'hier, mais ils se sont aggravés récemment.

    -Qu'est-ce qu'il lui arrive ? Lui demanda alors Katryn en fronçant les sourcils. Elle savait que Rosalie avait un frère aîné, mais elle n'en parlait que très peu. Elle ne savait pas grand chose sûr lui, et ne l'avait jamais rencontré.

    -Il lui est arrivé quelque chose il y a quelques années, et depuis, il ne vit plus. Il survit. Il se laisse vivre en fait... Il ne fait plus rien.. Jusque là, mon père l'aidait financièrement. Lui avoua son amie, la voix tremblante. Mais il a décidé d'arrêter, sous prétexte de le faire réagir. Il l'abandonne, alors qu'il n'a aucun travail et personne ne voudra l'embaucher. Il est diplomé en comptabilité, mais cela ne vaut plus rien aujourd'hui, surtout qu'il ne travaille plus depuis un long moment. Il est fichu. Et... Et comme tu cherches un remplaçant pour Océane, je me suis dit que... Bredouilla-t-elle ensuite, sans pouvoir continuer sa phrase.

      

     


    votre commentaire
  • 129

    129

    -Tu voudrais que je l'embauche. Comprit alors Katryn en fronçant les sourcils. Tu voudrais que j'embauche comme assistant quelqu'un sans expérience et sans qualification... Non mais Rosa, tu te rends compte de ce que tu me demandes ? Soupira-t-elle en réponse en serrant les dents. Elle aimerait lui crier qu'elle n'avait plus toute sa tête, que les choses n'étaient pas aussi simples et qu'il n'était pas possible de faire marcher une entreprise en embauchant des gens pour rendre service. Mais elle se retint, car elle comprenait Rosalie. Elle était inquiète pour son frère, elle voulait l'aider. Elle aurait certainement fait la même chose pour sa soeur si les rôles étaient inversés. -J'ai mis des années à monter mon entreprise. Je ne peux pas risquer de la mettre sur une pente glissante juste pour rendre service. Je suis désolée...

      


    votre commentaire
  • 130

    130

    -Je sais que c'est beaucoup te demander, et c'est pour ça que j'hésitais à t'en parler ! S'exclama brusquement Rosalie en se tournant vers son amie en laissant tomber son café au sol. Elle ne pouvait plus faire marche arrière, alors autant tenter le tout pour le tout, et essayer de faire pencher la balance en sa faveur. Mais Carson n'a plus rien ! Il ne peut même pas utiliser l'argent qui reste sur son compte puisque mon père les a vidé ! Il n'a plus rien Kat', vraiment plus rien ! Il ne peut même pas s'offrir le luxe de reprendre des études ! Affirma-t-elle avec désespoir. 

    Katryn fut soudainement troublée. Elle tenait à son entreprise, mais elle n'était pas un monstre. Les arguments de son amie avaient un impact sur elle, et elle voyait bien que son frère était dans une situation plus qu'inconfortable.

    -Il ne pourra plus rien s'acheter... Il n'aura plus de toit. Je le connais, il refuserait que je l'héberge, et mon père refusera de faire un quelconque geste envers lui. Il se fichera que son fils soit à la rue. Il.. Il va être définitivement perdu si... Si...

    -Il est au courant que tu es venue me parler ? Lui demanda alors Katryn dans un soupir.

      


    votre commentaire
  • 131

    131

     -Non. Il ne sait même pas que tu existes. Lui avoua la brunette. Il ignore même que j'essaie de l'aider, mais je suppose qu'au fond, il s'en doute. 

    -Je veux bien le rencontrer. Céda alors Katryn, tout en priant intérieurement de ne pas regretter sa décision. Mais je ne peux pas te garantir que je vais lui accorder le poste, Rosa. Mais ce sera un début. 

    -Merci Kat' ! Sincèrement merci ! Je te revaudrai ça, je te le promets ! En soupira de soulagement la jeune femme. Même si elle savait que le combat était loin d'être gagné, au moins, elle apercevait une solution. 

    -Dépêche toi d'aller lui parler, et dis lui de m'appeler pour qu'on convienne d'un rendez-vous. Mais sache que si je trouve quelqu'un entre temps, je ne pourrai rien faire pour lui. 

    -Je comprends. Mais merci d'accepter de le rencontrer ! Merci !

    -Si je fais ça, c'est pour toi, Rosa. Parce que je comprends la position dans laquelle tu te trouves. J'aurais fait la même chose pour ma soeur.

      


    votre commentaire
  • 132

    132

    Quelques minutes plus tard, les deux amies se séparèrent, Rosalie retournant à l'immeuble du journal local et Katryn remontant dans son bureau. Après avoir salué Océane et prit quelques nouvelles, Katryn s'installa devant son ordinateur, mais se retrouva dans l'incapacité de se mettre au travail. Elle était préoccupée par sa promesse, celle de rencontrer le fameux Carson dont elle ne savait pas grand chose. Il était un parfait inconnu, mais elle avait accepter de le voir et de lui parler, pour voir si elle lui donnait sa chance. Cependant, elle se mettait à douter de sa décision, se demandant si c'était ce qu'il fallait faire.

      


    votre commentaire