• 273

    273

    Soudain, sans que Lizzie ne s'en rende vraiment compte, Emma leva légèrement la tête dans sa direction. La jeune victime du Chasseur -peut-être même la plus jeune- venait de réaliser la présence de sa meilleure amie. Sa tante la lui avait soufflé, afin qu'elle réagisse, espérant secrètement que voir qu'elle n'était pas seule l'aiderait. 

    Mais son visage n'exprima rien. Ni étonnement, ni chagrin, ni soulagement, ni émotion. Rien. Comme si cela lui importait peu que quelqu'un s'est précipité à son chevet pour elle. Comme si elle se fichait désormais du monde qui l'entourait. 

    Comme si elle était complètement éteinte, sans vie, juste un corps en marche automatique. 

    Une nouvelle réalité percuta alors l'esprit de son amie, qui se retrouva le souffle coupé face à cela. 

     

     


    votre commentaire
  • 274

    274

    Il n'y avait pas si longtemps encore, Emma Meteyer était une adolescente pleine de vie, de joie, souriant au moindre rayon de soleil. Tout était prétexte à rire, à plaisanter, à tourner en dérision. Elle se fichait des conséquences, et prenait la vie comme elle venait. Elle était comme la plupart des adolescentes, voulant s'amuser et se préoccupant de l'avenir simplement pour savoir quoi faire l'avenir suivante. Mais comme les autres, elle avait la tête pleine de rêves et d'espoirs, s'imaginant un bel avenir avec, certes, quelques embûches mais où elle serait heureuse. 

    Et comme tout le monde, elle pensait que ce genre d'histoire n'arrivait qu'aux autres. Et du jour au lendemain, tout avait été brisée, sans qu'elle s'y soit préparée. 

     

     


    votre commentaire
  • 275

    275

    Et aujourd'hui, le visage d'Emma n'était plus caractérisé par un large et magnifique sourire. Ses yeux ne pétillaient plus de joie et de bonheur. 

    Maintenant, son visage était marqué par la violence qu'elle a subi, les coups qu'elle a reçu, n'étant que la façade physique d'une douleur plus profonde, plus forte, plus durable et intense. Son regard était vide, n'exprimant rien, reflet de son état.  Vide. Vide de rêves. Vide d'espoirs. Vide de tout. 

    La fille assise sur ce lit d'hôpital était aux antipodes de la Emma d'avant, n'ayant plus rien de l'adolescente joyeuse qu'elle était auparavant. 

     

     


    votre commentaire
  • 276

    276

    Cette réalité s'imposait de plus en plus fortement à Lizzie, qui ne cessait de jongler entre la Emma d'avant et la Emma qui était en face d'elle, réalisant à quelle point elles étaient différentes. 

    Et plus elle la regardait, plus elle se rappelait de ce soir là, où elle a failli vivre la même chose. Où elle a failli se retrouver dans une chambre d'hôpital, traumatisée par une horrible agression. Elle aurait pu souffrir autant qu'elle, et inquiéter, révolter ses proches. Emma aurait été là pour elle, aussi, elle en était certaine. Et si cela se trouve, elle aurait été plus douée qu'elle. 

    Et si ça se trouve, si elle avait été agressée ce soir-là, Emma n'aurait pas à vivre cela. Emma aurait pu être épargnée. 

    Mais Curtis l'a sauvé. Curtis est passé par là, et a empêché le Chasseur de lui faire du mal. Ce soir-là, Lizzie Meyers avait eu beaucoup de chance. 

    Mais pas Emma. Aucun Curtis n'était là pour la sauver. Elle était seule, sans personne pour l'aider. Seule à la merci d'un véritable monstre. 

    Et constatant cela, Lizzie ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle aussi aurait pu être seule, qu'elle aussi aurait pu être victime, se rappelant, visualisant sans cesse, les images de cette terrible soirée... 

     

     


    votre commentaire
  • 277

    277

    Au fil de la journée, et après le départ de Lizzie qui n'était qu'une vingtaine de minutes, d'autres personnes étaient venues rendre visite à la dernière victime du Chasseur. Alaric qui, comme Lizzie, s'était précipité dès qu'il a su la terrible nouvelle, et était resté à son chevet jusqu'à l'arrivé des enquêteurs. Entre temps, son oncle, Jared Meteyer, avait pu se libérer de son travail pour se dépêcher d'aller voir sa nièce, injuriant de tous les noms d'oiseau l'être abject qui avait osé lui faire subir une telle horreur, et promettant de lui faire la peau s'il avait le malheur de croiser son chemin. Il prit sa nièce dans ses bras, s'excusant de son incapacité à veiller sur elle. Il était le parent le plus proche au niveau spatial, il se devait de la protéger, de s'assurant qui ne lui arrive rien, et il avait failli à sa tâche ! Et peu lui importait les paroles réconfortantes de son épouse qui lui assurait que ce n'était pas de sa faute. Pour lui, il était coupable. Il n'était pas là pour empêcher cela, et jamais ce médecin reconnu ne pourrait se le pardonner ! Ni même, ne pourrait regarder son frère ainé dans les yeux... 

    Emma ne réagit pas à leurs mots, à leurs paroles, et n'ouvrit la bouche que lorsque les policiers en charge de l'affaire, Aiden Torwell et Austin Fadmer, deux hommes également très affectés par cette nouvelle agression. Pas uniquement parce qu'Emma était une nouvelle victime qui s'ajoutait à une trop longue liste, mais aussi parce qu'ils la connaissaient, l'un étant le meilleur ami de sa tante, l'autre l'ayant déjà croisée à multiples reprises lorsqu'il accompagnait son coéquipier chez son amie... 

     

     


    votre commentaire