• 313

    313

    Cependant, il n'en parlait à personne, de cette véritable phobie qui le hantait sans cesse, hormis à sa petite amie ou à sa sœur. Mais il ne s'étendait rarement sur le sujet. En parler lui faisait plus de mal que de bien, malgré que cela le rongeait de l'intérieur, comme si ce sang le tuait à petit feu, le torturant sans cesse avec un malin plaisir.

    -Neil, est-ce que ça va ? Lui demanda soudainement Haley qui venait de le rejoindre dans la salle de bain, réveillée par l'absence de son petit ami dans leur lit. Tu as encore rêvé de ton père ? Devina-t-elle alors, le ton de sa voix ne cachant pas sa compassion.

    -Ce n'est pas mon père. Maugréa-t-il, tout en serrant les poings, réfutant en bloc ce lien de parenté qui le reliait à ce monstre. Haley n'insista pas, se contentant de soupirer suite à ce rappel à l'ordre.

     

     


    votre commentaire
  • 314

    314

    Par expérience, elle savait qu'il vallait mieux ne pas le contredire au sujet de son père biologique. Elle l'avait fait une fois, il y a trois ans, et Neil avait refusé de lui parler jusqu'au moment où elle lui avait présenté des excuses. A l'époque, elle était plus bornée qu'aujourd'hui, et le silence radio entre les deux adolescents avait duré pendant près d'un mois, d'autant plus que la jeune fille était terriblement vexée d'avoir été rejetée de cette manière. 

    -Tu devrais en parler avec ta mère. Lui conseilla-t-elle sagement, persuadé que s'il le fallait, cela calmerait ses cauchemars qui n'étaient que les reflets de ses craintes.

    -Et l'inquiéter ? Plutôt crever. Marmonna-t-il tout en sortant de la pièce pour rejoindre la chambre dans le but de se changer. Je vais faire un tour, ne t'inquiète pas. Annonça-t-il avant de sortir de l'appartement sans laisser le temps à sa compagne de répliquer quoique ce soit.  

     

     


    votre commentaire
  • 315

    315

    Après s'être chaudement vêtu, Neil sortit rapidement à l'extérieur, pour se balader dans les rues désertes. Il marcha alors longuement sur le trottoir, se perdant dans ses pensées. Sa mère avait déjà essayé de lui parler de son géniteur, alors qu'il était entrain de réviser pour ses futurs examens de Terminale dans sa chambre, qu'il partageait alors avec son petit frère, Connor. Elle s'inquiétait pour lui, et s'étonnait qu'il n'ait jamais posé de question sur Nate. Il s'en souvenait comme si c'était hier, soupirant en visualisant ce souvenir, et cette conversation n'avait abouti sur rien de bon...  

     

     


    votre commentaire
  • 316

    316

    «-Neil, je peux te parler ? Demanda Eileen tout en s'asseyant tranquillement sur le lit de son aîné. Je voudrais te parler de ton père... Lui avoua-t-elle un peu gênée alors que le jeune homme qui quittait doucement mais sûrement l'adolescence se tournait vers elle en souriant.

    -Papa ? Qu'est-ce qu'il a ?

    -Rien, il va bien. Mais je ne parlais pas de Tyler, Neil, mais ton père biologique...

    Un silence s'installa alors. Le sourire de Neil disparut aussitôt et il tourna alors le dos à sa mère, qui devina alors qu'il n'allait pas apprécier la conversation qui suivrait.

    -Il n'y a rien à dire. Souffla-t-il finalement.

    -Il s'agit de ton père Neil. Lui rappela calmement Eileen. Et tu n'as jamais posé de questions sur lui, alors que tu l'as très peu connu... Et... Je... Je t'assure que cela ne me gênerait pas que tu m'en poses, que tu cherches à mieux le connaître. Et Tyler ne t'en voudrait pas non plus si tu souhaitais parler de lui. Au contraire, il comprendrait. Tu sais bien qu'il n'a jamais voulu remplacer Nate...

    -J'en sais suffisamment sur ce type. Et mon père, c'est Tyler, pas Nate. Ça me suffit.

    -Tu en es certain ? Car Nate n'a pas toujours été comme il était à la fin de sa vie tu sais... Cela n'excuse pas tout mais...

    -J'en suis certain. Je m'en fous de ce type. Qu'il reste là où il est, c'est sa place.

    -Bon. En tout cas, si un jour tu souhaites en parler, n'hésite pas une seconde. Ne te préoccupe pas de comment je réagirai, ou comment Tyler réagirait...

    -Cela n'arrivera jamais, Maman. Tout ce que je veux, c'est de ne pas parler de lui justement.

    -Comme tu voudras. Sache juste que Nate t'a réellement aimé, il agissait en bon père avec toi malgré tout. Cela, ne l'oublie jamais Neil, ne l'oublie jamais.»

     

     


    votre commentaire
  • 317

    317

    Du côté d'Emma, l'humeur n'était pas au beau fixe non plus. L'adolescente venait tout juste de sortir, enfin, de l'hôpital et au lieu de réintégrer l'internat du lycée, elle a été accueillie à bras ouverts chez son oncle. Ophélie avait énormément insisté pour cela, acceptant sans le moindre problème de partager sa chambre avec son amie. Pour elle, il valait mieux que la jeune fille se réfugie dans un cadre familier, réconfortant et sécurisant, plutôt que dans un lieu froid et soumis aux regards des autres internes. Ici, personne ne la jugerait ou la regarderait avec pitié, ce qui serait nettement plus bénéfique pour Emma. Et Katryn et Jared étaient d'accord sur ce sujet, si bien qu'ils n'ont pas été très difficiles à convaincre. De ce fait, et depuis sa sortie, l'adolescente se remettait peu à peu de son agression en compagnie de sa famille, et pouvait compter sur le soutien sans faille de la jeune rouquine qui ne la lâchait quasiment pas d'une semelle lorsqu'elle était à la maison. Elle lui racontait ses journées, lui demandait de lui tenir la réplique pour Roméo et Juliet, l'écoutait lorsqu'Emma avait besoin de parler. En bref, Ophélie faisait tout son possible pour aider son amie et lui changer les idées.

    317

    Et Emma était très touchée des efforts de son amie, alors que dans le même temps, sa prétendue meilleure amie la décevait de plus en plus chaque jour. Et c'était ce qui lui faisait sans doute le plus de mal. Lizzie n'était pas venue la voir depuis sa sortie de l'hôpital, et ne lui donnait même plus signe de vie. Elle comprenait que son père ait des ennuies de santé, mais ce dernier était encore en pleine forme malgré son cancer. Mais elle, elle avait besoin de sa meilleure amie maintenant ! Et pas après la possible guérison de son père ! L'absence de Lizzie dans cette période lui faisait énormément de mal, et elle était souvent la cause de ses nombreuses crises de larmes. Plus le temps passait, plus elle la détestait de ne pas être présente pour elle au moment où elle avait le plus besoin de son aide. Elle ne comprenait pas, et elle lui en voulait terriblement. 

     

     


    votre commentaire